Contre expertise citoyenne

Contre expertise citoyenne

Séismes liés à la géothermie près de Strasbourg : un rapport appelle à renforcer la «contre-expertise citoyenne»

6-7 minutes

Energies
Article réservé aux abonnés
Commandé  à la suite de tremblements de terre entre 2019 et 2021, le rapport de  la mission d’information et d’évaluation a été rendu public ce vendredi.  Il préconise une meilleure prise en compte de l’avis des associations  citoyennes pour éviter des erreurs.
Après une série de tremblements de terre  en banlieue de Strasbourg, la géothermie profonde est devenue une  source d’inquiétudes pour de nombreux habitants. Car la dizaine de  séismes qui se sont produits entre 2019 et 2021 à Vendenheim, au nord de  la capitale alsacienne, est liée à un puits de géothermie creusé  en 2017 par la société Fonroche. C’est la conviction des sismologues,  qui les ont classés dans la catégorie des événements induits par  l’activité humaine. Certains d’entre eux, notamment en novembre 2019 et  en décembre 2020, ont dépassé la magnitude 3 sur l’échelle de Richter.
Constatant  les dysfonctionnements de la collaboration entre Fonroche et les  services de l’Etat, l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) a commandé un  rapport «sur l’accident de GéoVen (Géothermie Vendenheim) et ses conséquences sur les politiques énergétiques de la collectivité».  Ce vendredi 19 novembre, la mission d’information et d’évaluation (MIE)  sur la géothermie profonde, composée d’élus locaux, d’experts  scientifiques, de militants associatifs et de six citoyens tirés au sort  sur la base d’un appel à volontaires, rendait ses travaux à la  collectivité.

«Les oppositions ne sont pas entendues»

Dans son rapport, consultatif, la MIE préconise de faire évoluer le code minier pour «améliorer la prise en compte de l’information citoyenne».  Président de la MIE, l’écologiste strasbourgeois Marc Hoffsess admet  une erreur lors du lancement de la géothermie profonde dans  l’Eurométropole : «Les oppositions citoyennes n’ont pas été assez entendues.» Le rapport préconise donc de «donner  les moyens aux associations d’améliorer leur capacité d’analyse des  projets pour réaliser une véritable contre-expertise citoyenne».
Pour  Thierry Mosser, cofondateur du collectif GéoNom (pour Géothermie Non  Merci), cette expertise citoyenne est cruciale. Son camarade de lutte  Francis Spaeter dénonce une collusion visible dans les informations  communiquées par la préfecture ou l’Eurométropole : «Dès qu’on entendait parler de géothermie, on nous présentait des documents de l’entreprise Fonroche.»  Afin de développer une expertise indépendante, qu’il a présentée lors  de plusieurs conseils municipaux, Thierry Mosser a passé près de  trois ans à se former sur le sujet de la géothermie profonde.
Habitant  d’Oberhausbergen, l’ingénieur de 60 ans a débuté son engagement contre  la géothermie lorsque l’entreprise Fonroche a obtenu une autorisation de  forer dans une commune voisine. Aujourd’hui, Thierry Mosser craint que  ce rapport n’empêche pas la reprise de l’activité sur décision de la  préfecture : «La préfète a clairement rappelé le caractère  consultatif de la MIE, elle prendra sa décision sur la poursuite des  projets de géothermie sur la base des rapports du Bureau de recherches  géologiques et minières et de l’Institut national de l’environnement  industriel et des risques.»

Des indemnisations «longues à se mettre en place»

Le rapport porte aussi des préconisations concernant l’indemnisation des dégâts causés par les séismes. La MIE déplore des «procédures longues à se mettre en place et qui restent incertaines pour les communes et les victimes».  Robert (le prénom a été modifié) en a fait les frais. Habitant de la  commune de La Wantzenau, le retraité a vu sa baie vitrée fendue suite au  séisme de magnitude 3,5 du 4 décembre 2019. Aussi propriétaire d’un  appartement voisin de sa maison, il y a relevé plusieurs fissures,  notamment au niveau de la douche.
Robert a vu plusieurs experts se succéder face aux dégâts. Mais le résultat reste le même : «C’est mon assurance qui doit payer. D’après Fonroche, ils ne sont pas responsables.»  Le retraité estime que les travaux à réaliser pourraient lui coûter  2 000 euros au total. A la mi-juillet 2021, 3 385 dossiers de demande  d’indemnisation étaient enregistrés. «A cette date, selon le rapport  de la MIE, 125 indemnisations ont été effectuées par les assureurs du  groupe Fonroche, pour un montant moyen de 1 973 euros.»

«Réflexion cruciale pour l’avenir»

Sur  l’avenir de la géothermie sur le territoire de l’Eurométropole, le  rapport illustre la division des élus et des citoyens. Certains élus,  des communes les plus touchées par les séismes, souhaiteraient bannir la  géothermie, tout court. D’autres, comme le président de la MIE,  soutiennent une géothermie moins profonde, moins expérimentale, avec  «une priorité donnée à la production de chaleur, une connaissance avérée  de la ressource ciblée et un consensus territorial pour les projets  dans les communes concernées.» Au vu de ces conditions, Thierry  Mosser espère, sans trop y croire, que les projets de Fonroche ne  reprendront pas dans les communes d’Eckbolsheim et Hurtigheim, à l’ouest  de Strasbourg : «Après tous ces séismes, la plupart des habitants de  l’Eurométropole et environs ne sont pas prêts à accepter la reprise de  la géothermie profonde.»
La métropole strasbourgeoise compte  toujours sur les puits de géothermie profonde pour assurer 20 % des  besoins d’énergie de la collectivité en 2050. «Ce rapport constitue  une réflexion cruciale pour l’avenir du territoire, bien que les  compétences de l’Eurométropole soient limitées dans ce domaine», a  rappelé la présidente de l’EMS, Pia Imbs, lors de la remise ce vendredi.  Le rapport souligne en effet que l’Etat doit être sollicité «pour  une association étroite des collectivités concernées françaises et  allemandes à toute décision concernant les projets de géothermie». En  attendant, le puits de Vendenheim a été définitivement fermé en  décembre 2020, alors qu’il était encore en phase exploratoire. Il n’aura  donc jamais produit de chaleur ou de l’électricité.
Tribune Vigiclimat

Tribune Vigiclimat

« La géothermie n’est pas viable »

Les Dernières Nouvelles d’Alsace
4-5 minutes

« Les séismes que nous subissons depuis plusieurs années inquiètent  la population. Ils montrent, à l’évidence, que les techniques mises en  œuvre pour extraire et exploiter la chaleur du sous-sol (géothermie  profonde), ne sont pas maîtrisées.
Cette situation est aussi le résultat d’une succession d’erreurs :
– L’État a accordé des permis de recherche et d’exploitation à une société sans expérience dans ce domaine.
– Les dérives de Fonroche n’ont pas pu être relevées par la DREAL de Strasbourg chargée du contrôle des opérations.
– Par ignorance, dogmatisme ou autres, les élus se sont laissé influencer par les services de l’État et Fonroche.

Notre région n’est pas un « terrain de jeu » pour scientifiques et industriels. »

Les  risques étaient pourtant connus, des opérations similaires dans la  vallée du Rhin supérieur ayant permis de les identifier. Les  associations, prévenues par leurs homologues voisines, avaient alerté en  vain les pouvoirs publics dès 2014. Confortée par des analyses  scientifiques qui se sont révélées erronées, Fonroche s’est engagée dans  des forages voués à l’échec et sources de dommages pour les habitants  du secteur.
Dans le cadre des projets Reflet et Temperer, les  scientifiques dont le BRGM, Mines Paris-Tech, l’Université de Lorraine,  l’Université d’Orléans ont choisi dès septembre 2015 leur « terrain de  jeu » en vue de « Préciser le modèle structural et la profondeur de  la cible du site de Vendenheim » par des travaux de prospection  géophysique et géologique. Le projet devait durer jusqu’en mars 2020.
En  janvier 2019 les conclusions de ces travaux précisent que « le  caractère de recherche appliquée interactif avec l’opérationnel des  projets Reflet et Temperer à travers le pilote de Vendenheim a permis :  d’améliorer la précision de la cible géothermale d’un point de vue  thermique, hydraulique et mécanique, afin d’optimiser les objectifs de  débits, de température d’exploitation estimés et de mieux appréhender  les risques de forage associés sur VDH GT2 », mais aussi « de maîtriser  le risque de sismicité induite par la mise en place de procédure  prédictive adapté* ».

Le rapport bénéfices/risques de la géothermie profonde est très défavorable

Dix mois plus tard, les premiers séismes contredisent complètement ces affirmations.  La suite des évènements montre l’amplitude des erreurs commises. Il est  pour le moins étonnant que le BRGM et les scientifiques parties  prenantes de la MIE, tout comme les élus de l’Eurométropole, n’aient pas  évoqué la réalisation de ces études et les résultats erronés obtenus  avec les techniques disponibles. En l’absence de ces informations, les  débats étaient naturellement biaisés.
Les forages de Vendenheim  ont démontré que les techniques actuelles ne permettent en aucun cas  d’atteindre leurs objectifs dans le contexte d’un fossé d’effondrement  (vallée du Rhin supérieur). Vigiclimat affirme que la géothermie  profonde dans le Bassin Rhénan n’est pas viable. Comparer l’Alsace à  l’Islande ou au Bassin Parisien c’est pour le moins méconnaître la  géologie et la géographie de notre région.
Tous ces éléments  confirment notre conviction : le rapport bénéfices/risques de la  géothermie profonde est très défavorable. Nous ne sommes pas capables  d’exploiter sereinement le sous-sol profond du Bassin Rhénan.  Manifestement ni les industriels, ni les pouvoirs publics, ni les  spécialistes et les universitaires ne disposent d’une véritable  connaissance du sous-sol profond et donc des techniques adaptées à un  déroulement sécurisé d’un projet de géothermie profonde.
Il est  donc plus prudent et nécessaire de renoncer à la géothermie profonde  qui, à cette heure, n’apporte rien à la collectivité si ce n’est des  nuisances pour ses habitants. Notre région n’est pas un « terrain de  jeu » pour scientifiques et industriels. »
(*) Des informations révélées par les DNA.
Lettres aux à la présidence et conseillers de l’EMS

Lettres aux à la présidence et conseillers de l’EMS

Madame la Présidente et mesdames les Vice-présidentes

Le collectif Vigiclimat composée de 4 associations (Adir, Prom’Ober, Pree et Naturellement Demain) a signé une tribune expliquant les raisons objectives d’un abandon nécessaire de la géothermie profonde sur le Bassin Rhénan.

Vous lirez, ci-dessous, les conclusions de cette tribune en espérant qu’elle pourra éclairer les débats à venir. Il nous paraît nécessaire d’insister sur un point : nul ne pourra dire qu’il ne savait pas.

« Les forages de Vendenheim ont démontré que les techniques actuelles ne permettent en aucun cas d’atteindre leurs objectifs dans le contexte d’un fossé d’effondrement (vallée du Rhin supérieur).

Vigiclimat affirme que la géothermie profonde dans le Bassin Rhénan n’est pas viable. Comparer l’Alsace à l’Islande ou au Bassin Parisien c’est pour le moins méconnaître la géologie et la géographie de notre région.

Tous ces éléments confirment notre conviction : le rapport bénéfices/risques de la géothermie profonde est très défavorable. Nous ne sommes pas capables d’exploiter sereinement le sous-sol profond du Bassin Rhénan. Manifestement ni les industriels, ni les pouvoirs publics, ni les spécialistes et les universitaires ne disposent d’une véritable connaissance du sous-sol profond et donc des techniques adaptées à un déroulement sécurisé d’un projet de géothermie profonde.

Il est donc plus prudent et nécessaire de renoncer à la géothermie profonde qui, à cette heure, n’apporte rien à la collectivité si ce n’est des nuisances pour ses habitants. Notre région n’est pas un « terrain de jeu » pour scientifiques et industriels. »

Respectueusement

Pour Vigiclimat

Jean-Daniel Braun, Thierry Mosser et Francis Spaeter

Tribune Vigiclimat

Pétition Vigiclimat

Bonjour,

Les récents articles publiés dans la presse locale ne nous rassurent pas, bien au contraire. Les conclusions des travaux de la MIE ainsi que les propos de la présidente de l’Eurométropole ouvrent clairement la porte à une autorisation à terme de l’exploitation de la géothermie profonde sur notre territoire.

Nous considérons que cette situation est inacceptable, si, comme nous, vous êtes inquiets par rapport à cette conclusion, signez la pétition élaborée cet été et dites non au redémarrage des travaux.

site de la pétition : https://www.unepetition.fr/stop-a-la-geothermie-profonde