Vigiclimat : une grande vigilance

Vigiclimat : une grande vigilance

Communiqué de Vigiclimat du 30 mars 2022

La décision du tribunal administratif nous a éclairé sur quelques éléments légaux :

  • Mme la Préfète, au titre des autorisations minières qui ont été signées au nom de l’État dans le cadre du code minier, ne peut que suspendre les travaux, décision non contestée par le tribunal.
  • L’autorité qui peut valablement décider l’arrêt définitif des travaux est le ministre de l’industrie.

Il est particulièrement surprenant que les services juridiques de la Préfecture n’aient pas alerté Mme la Préfète.

Nous sommes persuadés que Fonroche actionnera tous les ressorts juridiques pour reprendre les travaux à Vendenheim, Eckbolsheim et Hurtigheim.

Mais rien n’a changé pour Vigiclimat. L’objectif d’arrêt  de la géothermie profonde sur le bassin rhénan est toujours la priorité.

Le rapport du comité d’experts n’a rendu qu’un avis provisoire qui met toutefois en avant quelques faits précis et essentiels:

  • Les séismes, y compris ceux de 2019 à Strasbourg, sont tous induits par l’activité de Fonroche.
  • On sait comment ils se sont produits mais on ne sait toujours pas comment les éviter, si ce n’est en arrêtant toute l’installation.

Nous attendons donc le rapport final du comité d’experts qui devrait être publié fin mars.

Vigiclimat continue de se battre pour obtenir l’arrêt de la géothermie profonde dans le bassin rhénan.

Vigiclimat est un collectif des associations ADIR (La Robertsau), Naturellement Demain (La Wantzenau), PREE (Reichstett) et Prom’Ober (Oberhausbergen)

Alerte Compostage Collectif vs Point d’Apport Volontaire (PAV)

Alerte Compostage Collectif vs Point d’Apport Volontaire (PAV)

Bonjour,

Prom’Ober fait partie du réseau RéSCUP qui rassemble de nombreux sites de compostage collectif de l’EMS. J’ai représenté RéSCUP récemment à plusieurs réunions à l’EMS concernant la gestion des déchets et notamment des PAV. La dernière en date, celle du 15 mars dernier a été consacrée au PAV. Vous trouverez ci-dessous le texte du compte rendu de cette réunion. Noter que Oberhausbergen est la première commune de moins de 10000 habitants de l’EMS qui va être équipée de PAV (juin 2022). Cronenbourg et Oberhausbergen sont les heureux gagnants de la démarche de l’EMS. La commune doit identifier la vingtaine d’emplacements des PAV (voir ACTU).

A titre personnel, je considère que collecter les déchets organiques par camion est une hérésie, le PAV étant bien évidemment beaucoup plus cher que le compostage collectif. Je rappelle  que la CUS à l’époque n’a pas voulu un système basé sur des poubelles jaunes et vertes et bleues, ne voulant pas mettre en place un système de collecte demandant pour chaque type de poubelle un ramassage distinct par camion.

Cette démarche PAV va probablement sonner le glas des activités de compostage collectif.

Je précise aussi que l’EMS veut officiellement mettre en avant que les deux approches sont complémentaires.  Je vous encourage à lire le document cité en référence en fin de compte rendu. J’attache aussi les plaquettes que l’EMS va distribuer prochainement dans vos boîtes aux lettres.

le compte rendu de la réunion du 15 mars.

Comme vous le savez, le 15 mars dernier le RéSCUP a rencontré le Service Collecte et valorisation des déchets (Ariane BUSSARD) et le Département communication et éducation à l’environnement de l’EMS (Karine BOUGAUD et Amandine DUPIN) en présence de la collaboratrice du Cabinet (Elsa MILLION).

L’objet de la réunion était la décision de l’EMS d’implanter à court et moyen terme des Bornes à compost ou Point d’Apport Volontaire (PAV) sur l’ensemble du territoire de l’EMS (à l’exception de la Grande Ile). Les premiers points d’apport volontaire sont déjà installés. Le RéSCUP a d’ailleurs été invité à l’inauguration officielle des premières bornes de collecte des déchets alimentaires sur l’Eurométropole de Strasbourg à Fegersheim le vendredi 18 mars, et je l’ai représenté lors de cette inauguration. Les points d’apport volontaire seront d’abord installés dans le seconde couronne de l’EMS, où les sites de compostage urbains de proximité portés par des associations sont peu présents, et à Cronenbourg où une expérimentation de PAV a déjà été menée. Ils seront ensuite étendus au reste de l’EMS.

L’enjeu est de taille pour nous, structures associatives de compostage urbain de proximité. Il s’agit tout bonnement de savoir si après plus de 10 ans d’efforts pour populariser le compostage de quartier et le cycle naturel des déchets, parfois en nous engageant dans le développement de jardins partagés où utiliser localement, au moindre coût carbone, le compost que nous produisons, nous n’allons pas tout simplement disparaître, l’essentiel de nos adhérents composteurs finissant par déverser l’ensemble de leurs biodéchets dans les points d’apport volontaire, ouverts en libre accès et acceptant l’ensemble des déchets alimentaires, fruits et légumes certes, mais également, restes de repas, viande, poisson et sauce compris. Le chemin des Points d’Apport Volontaire une fois trouvé, pourquoi les habitants se fatigueraient-ils à faire un tri supplémentaire et à réserver pour nos sites de compostage les reliquats de préparation de cuisine et les déchets verts (fleurs coupées, résidus des jardinières, etc.).

Le 15 mars nous avons abouti à deux constats

1. L’EMS aura du mal à être prête pour les échéances du 31/12/2023 (chaque habitant devra se voir proposer au moins une solution de tri de ses biodéchets) sans recourir à un mode industriel de collecte; mais qui dit mode industriel de collecte, dit aussi mode industriel de gestion (compostage industriel ou méthanisation (à l’EMS c’est la méthanisation qui a été choisie, et ce sont Suez et Lingenheld qui en feront leurs  choux gras) avec toutes les conséquences qui en découleront en ce qui concerne les produits et sous produits de la méthanisation, et le type d’agriculture dominant qui, récupérant les digestats, ne changera strictement rien à sa pratique, les digestats prenant tout simplement la place des nitrates et autres engrais azotés.

2. Nous risquons fort, nous association de compostage de proximité, d’en être les premières victimes. Mais c’est aussi toute la politique vertueuse de valorisation des biodéchets au travers du cycle naturel allant de la terre à la terre, dans le respect de la microfaune du sol et de la biodiversité en général, qui sera remise en cause. Et tant pis pour la lutte contre le réchauffement climatique et en faveur des processus naturelles

Les représentantes des services de la Ville et de l’EMS de Strasbourg, avec lesquelles nous sommes parvenu à rétablir un réel contact et un lien de confiance, sont quelques peu coincées par l’urgence dans laquelle il va maintenant s’agir de mettre en place un système de collecte généralisée, et elles n’arrivent pas à concevoir d’autre solution que la solution industrielle (même si ce n’est pas ainsi qu’elles la présentent, c’est nous qui dénonçons ce mode industriel de traitement des biodéchets aux antipodes des conceptions et des projets défendus jusque là par l’écrasante majorité des écologistes). Elles se sont par contre engagées à continuer à nous informer, à nous consulter et à nous intégrer dans les réflexions et consultations conduisant à la mise en place des quelques 2800 PAV actuellement prévus.

L’objet de ce courriel est surtout de rappeler que nous sommes loin d’être les seuls en France à être menacés par le développement des points de collecte des biodéchets (PAV) dans nos efforts pour développer la Prévention et la Gestion de Proximité des Biodéchets (PGProx) dans le cadre du Compostage Partagé. Dans le Réseau Compost Citoyen le débat vient tout juste d’être relancée par l’excellent article de Pierre Ulrich de l’Association Aesenia de Lyon, intitulé  « La collecte des biodéchets via les points d’apports volontaires, une fausse bonne idée ? » dont vous trouverez l’adresse dans le courriel si dessous et ici .

Les flyers

Scan 25 mars 2022 à 09_11
Une grande satisfaction, mais aussi une vigilance

Une grande satisfaction, mais aussi une vigilance

le texte de l’article :

« Chaque abonné au gaz ou à l’électricité voit, depuis quelques  mois, flamber ses factures. Cette inflation hors normes illustre avec  violence la grande dépendance de notre système énergétique à la  volatilité de marchés d’approvisionnement indexés sur les prix des  énergies fossiles, gaz et pétrole. […]
Pour éviter l’explosion  sociale, l’État et les collectivités locales diligentent dans l’urgence  des « boucliers tarifaires » pour aider les ménages à étaler leur dette  énergétique et éviter le plus possible que s’accroissent les situations  d’impayés et de précarité énergétique déjà nombreuses.

L’inflation des tarifs énergétiques

Très coûteuses, ces  piqûres de calmant social ne sont malheureusement que des cautères  temporaires, qui présentent l’avantage, essentiel bien sûr, de soulager  la charge des ménages, mais aussi le risque d’anesthésier notre  sensibilité aux enjeux énergétiques, en entretenant l’illusion  d’énergies abondantes, accessibles et peu chères.
L’inflation des  tarifs énergétiques que nous traversons n’est pas passagère. Elle risque  de durer et justifie qu’à toute échelle, européenne, nationale et  locale, nous nous engagions plus fortement dans la construction de  systèmes énergétiques décentralisés, maîtrisés et décarbonés. La  maîtrise de nos systèmes énergétiques, c’est la capacité de décider d’où  viennent les énergies que nous consommons ; d’en produire nous-mêmes le  plus possible à un coût soutenable et stable, en créant des emplois non  délocalisables ; de définir à quoi elles doivent servir, en  réfléchissant à nos usages, et quels sont leurs impacts sur nos biens  communs que sont le climat, l’air, les sols, l’équité sociale, la  solidarité territoriale, etc. […]
Résolus à agir à notre échelle  eurométropolitaine, nous sommes convaincus que la crise des séismes  induits par le projet de géothermie profonde de Vendenheim couplée à  cette crise tarifaire crée la formidable opportunité de remettre ces  questions dans le débat public, d’en débattre en pleine connaissance des  enjeux et des impacts et de redéfinir notre stratégie énergétique  bousculée par les déboires géothermaux. Il s’agira notamment de trouver  des alternatives à la géothermie profonde et à sa promesse, désormais  oubliée, d’une énergie locale, abondante, décarbonée et tarifairement  stable.

Un « conseil territorial de la transition énergétique »

Largement  ouvert à toutes les parties prenantes, un conseil territorial de la  transition énergétique verra le jour, qui pilotera, aux côtés de  l’Eurométropole et de ses communes, la redéfinition et la mise en œuvre  de notre stratégie énergétique 2050.
Sortir du gaz fossile sera  aussi l’enjeu de plusieurs projets, qui franchiront en 2022 des étapes  capitales, qu’il s’agisse de la récupération de la chaleur fatale des  Aciéries de Kehl ou de l’extension des deux réseaux de chaleur urbains  de Strasbourg Centre (ex-Esplanade-Elsau) et de Strasbourg Ouest  (ex-Hautepierre), alimentés par des sources locales et renouvelables.

La stratégie de développement du solaire photovoltaïque et thermique

Côté  électricité, la stratégie de développement du solaire photovoltaïque et  thermique, adoptée en fin d’année dernière par notre conseil, va  progressivement monter en puissance, à travers de multiples projets  publics et privés.
Enfin, tout cela sera vain si nous ne parvenons  pas à réduire la demande énergétique, notamment dans les bâtiments de  tous types, dont les consommations en chauffage et en électricité  représentent les deux tiers de la facture énergétique de notre  territoire. L’ambition ici est magistrale et a été imprimée en décembre  dernier par une importante délibération-cadre de notre conseil.
Plus  que jamais, pour notre agglomération, 2022 sera l’année des énergies,  pour apporter une réponse de fond et de long terme à l’envolée  insupportable des prix de l’énergie mondialisée. »

Un grand merci à tous ceux qui nous ont aidé dans ce combat pendant ces longues années.

Nous allons rester vigilants, l’extraction de Lithium va probablement utiliser les mêmes techniques que celles mises en œuvre pour extraire la chaleur du sous-sol de la géothermie profonde et nous exposera donc aux mêmes risques.

Thierry Mosser

 

Vigiclimat : une grande vigilance

Contre expertise citoyenne

Séismes liés à la géothermie près de Strasbourg : un rapport appelle à renforcer la «contre-expertise citoyenne»

6-7 minutes

Energies
Article réservé aux abonnés
Commandé  à la suite de tremblements de terre entre 2019 et 2021, le rapport de  la mission d’information et d’évaluation a été rendu public ce vendredi.  Il préconise une meilleure prise en compte de l’avis des associations  citoyennes pour éviter des erreurs.
Après une série de tremblements de terre  en banlieue de Strasbourg, la géothermie profonde est devenue une  source d’inquiétudes pour de nombreux habitants. Car la dizaine de  séismes qui se sont produits entre 2019 et 2021 à Vendenheim, au nord de  la capitale alsacienne, est liée à un puits de géothermie creusé  en 2017 par la société Fonroche. C’est la conviction des sismologues,  qui les ont classés dans la catégorie des événements induits par  l’activité humaine. Certains d’entre eux, notamment en novembre 2019 et  en décembre 2020, ont dépassé la magnitude 3 sur l’échelle de Richter.
Constatant  les dysfonctionnements de la collaboration entre Fonroche et les  services de l’Etat, l’Eurométropole de Strasbourg (EMS) a commandé un  rapport «sur l’accident de GéoVen (Géothermie Vendenheim) et ses conséquences sur les politiques énergétiques de la collectivité».  Ce vendredi 19 novembre, la mission d’information et d’évaluation (MIE)  sur la géothermie profonde, composée d’élus locaux, d’experts  scientifiques, de militants associatifs et de six citoyens tirés au sort  sur la base d’un appel à volontaires, rendait ses travaux à la  collectivité.

«Les oppositions ne sont pas entendues»

Dans son rapport, consultatif, la MIE préconise de faire évoluer le code minier pour «améliorer la prise en compte de l’information citoyenne».  Président de la MIE, l’écologiste strasbourgeois Marc Hoffsess admet  une erreur lors du lancement de la géothermie profonde dans  l’Eurométropole : «Les oppositions citoyennes n’ont pas été assez entendues.» Le rapport préconise donc de «donner  les moyens aux associations d’améliorer leur capacité d’analyse des  projets pour réaliser une véritable contre-expertise citoyenne».
Pour  Thierry Mosser, cofondateur du collectif GéoNom (pour Géothermie Non  Merci), cette expertise citoyenne est cruciale. Son camarade de lutte  Francis Spaeter dénonce une collusion visible dans les informations  communiquées par la préfecture ou l’Eurométropole : «Dès qu’on entendait parler de géothermie, on nous présentait des documents de l’entreprise Fonroche.»  Afin de développer une expertise indépendante, qu’il a présentée lors  de plusieurs conseils municipaux, Thierry Mosser a passé près de  trois ans à se former sur le sujet de la géothermie profonde.
Habitant  d’Oberhausbergen, l’ingénieur de 60 ans a débuté son engagement contre  la géothermie lorsque l’entreprise Fonroche a obtenu une autorisation de  forer dans une commune voisine. Aujourd’hui, Thierry Mosser craint que  ce rapport n’empêche pas la reprise de l’activité sur décision de la  préfecture : «La préfète a clairement rappelé le caractère  consultatif de la MIE, elle prendra sa décision sur la poursuite des  projets de géothermie sur la base des rapports du Bureau de recherches  géologiques et minières et de l’Institut national de l’environnement  industriel et des risques.»

Des indemnisations «longues à se mettre en place»

Le rapport porte aussi des préconisations concernant l’indemnisation des dégâts causés par les séismes. La MIE déplore des «procédures longues à se mettre en place et qui restent incertaines pour les communes et les victimes».  Robert (le prénom a été modifié) en a fait les frais. Habitant de la  commune de La Wantzenau, le retraité a vu sa baie vitrée fendue suite au  séisme de magnitude 3,5 du 4 décembre 2019. Aussi propriétaire d’un  appartement voisin de sa maison, il y a relevé plusieurs fissures,  notamment au niveau de la douche.
Robert a vu plusieurs experts se succéder face aux dégâts. Mais le résultat reste le même : «C’est mon assurance qui doit payer. D’après Fonroche, ils ne sont pas responsables.»  Le retraité estime que les travaux à réaliser pourraient lui coûter  2 000 euros au total. A la mi-juillet 2021, 3 385 dossiers de demande  d’indemnisation étaient enregistrés. «A cette date, selon le rapport  de la MIE, 125 indemnisations ont été effectuées par les assureurs du  groupe Fonroche, pour un montant moyen de 1 973 euros.»

«Réflexion cruciale pour l’avenir»

Sur  l’avenir de la géothermie sur le territoire de l’Eurométropole, le  rapport illustre la division des élus et des citoyens. Certains élus,  des communes les plus touchées par les séismes, souhaiteraient bannir la  géothermie, tout court. D’autres, comme le président de la MIE,  soutiennent une géothermie moins profonde, moins expérimentale, avec  «une priorité donnée à la production de chaleur, une connaissance avérée  de la ressource ciblée et un consensus territorial pour les projets  dans les communes concernées.» Au vu de ces conditions, Thierry  Mosser espère, sans trop y croire, que les projets de Fonroche ne  reprendront pas dans les communes d’Eckbolsheim et Hurtigheim, à l’ouest  de Strasbourg : «Après tous ces séismes, la plupart des habitants de  l’Eurométropole et environs ne sont pas prêts à accepter la reprise de  la géothermie profonde.»
La métropole strasbourgeoise compte  toujours sur les puits de géothermie profonde pour assurer 20 % des  besoins d’énergie de la collectivité en 2050. «Ce rapport constitue  une réflexion cruciale pour l’avenir du territoire, bien que les  compétences de l’Eurométropole soient limitées dans ce domaine», a  rappelé la présidente de l’EMS, Pia Imbs, lors de la remise ce vendredi.  Le rapport souligne en effet que l’Etat doit être sollicité «pour  une association étroite des collectivités concernées françaises et  allemandes à toute décision concernant les projets de géothermie». En  attendant, le puits de Vendenheim a été définitivement fermé en  décembre 2020, alors qu’il était encore en phase exploratoire. Il n’aura  donc jamais produit de chaleur ou de l’électricité.
Tribune Vigiclimat

Tribune Vigiclimat

« La géothermie n’est pas viable »

Les Dernières Nouvelles d’Alsace
4-5 minutes

« Les séismes que nous subissons depuis plusieurs années inquiètent  la population. Ils montrent, à l’évidence, que les techniques mises en  œuvre pour extraire et exploiter la chaleur du sous-sol (géothermie  profonde), ne sont pas maîtrisées.
Cette situation est aussi le résultat d’une succession d’erreurs :
– L’État a accordé des permis de recherche et d’exploitation à une société sans expérience dans ce domaine.
– Les dérives de Fonroche n’ont pas pu être relevées par la DREAL de Strasbourg chargée du contrôle des opérations.
– Par ignorance, dogmatisme ou autres, les élus se sont laissé influencer par les services de l’État et Fonroche.

Notre région n’est pas un « terrain de jeu » pour scientifiques et industriels. »

Les  risques étaient pourtant connus, des opérations similaires dans la  vallée du Rhin supérieur ayant permis de les identifier. Les  associations, prévenues par leurs homologues voisines, avaient alerté en  vain les pouvoirs publics dès 2014. Confortée par des analyses  scientifiques qui se sont révélées erronées, Fonroche s’est engagée dans  des forages voués à l’échec et sources de dommages pour les habitants  du secteur.
Dans le cadre des projets Reflet et Temperer, les  scientifiques dont le BRGM, Mines Paris-Tech, l’Université de Lorraine,  l’Université d’Orléans ont choisi dès septembre 2015 leur « terrain de  jeu » en vue de « Préciser le modèle structural et la profondeur de  la cible du site de Vendenheim » par des travaux de prospection  géophysique et géologique. Le projet devait durer jusqu’en mars 2020.
En  janvier 2019 les conclusions de ces travaux précisent que « le  caractère de recherche appliquée interactif avec l’opérationnel des  projets Reflet et Temperer à travers le pilote de Vendenheim a permis :  d’améliorer la précision de la cible géothermale d’un point de vue  thermique, hydraulique et mécanique, afin d’optimiser les objectifs de  débits, de température d’exploitation estimés et de mieux appréhender  les risques de forage associés sur VDH GT2 », mais aussi « de maîtriser  le risque de sismicité induite par la mise en place de procédure  prédictive adapté* ».

Le rapport bénéfices/risques de la géothermie profonde est très défavorable

Dix mois plus tard, les premiers séismes contredisent complètement ces affirmations.  La suite des évènements montre l’amplitude des erreurs commises. Il est  pour le moins étonnant que le BRGM et les scientifiques parties  prenantes de la MIE, tout comme les élus de l’Eurométropole, n’aient pas  évoqué la réalisation de ces études et les résultats erronés obtenus  avec les techniques disponibles. En l’absence de ces informations, les  débats étaient naturellement biaisés.
Les forages de Vendenheim  ont démontré que les techniques actuelles ne permettent en aucun cas  d’atteindre leurs objectifs dans le contexte d’un fossé d’effondrement  (vallée du Rhin supérieur). Vigiclimat affirme que la géothermie  profonde dans le Bassin Rhénan n’est pas viable. Comparer l’Alsace à  l’Islande ou au Bassin Parisien c’est pour le moins méconnaître la  géologie et la géographie de notre région.
Tous ces éléments  confirment notre conviction : le rapport bénéfices/risques de la  géothermie profonde est très défavorable. Nous ne sommes pas capables  d’exploiter sereinement le sous-sol profond du Bassin Rhénan.  Manifestement ni les industriels, ni les pouvoirs publics, ni les  spécialistes et les universitaires ne disposent d’une véritable  connaissance du sous-sol profond et donc des techniques adaptées à un  déroulement sécurisé d’un projet de géothermie profonde.
Il est  donc plus prudent et nécessaire de renoncer à la géothermie profonde  qui, à cette heure, n’apporte rien à la collectivité si ce n’est des  nuisances pour ses habitants. Notre région n’est pas un « terrain de  jeu » pour scientifiques et industriels. »
(*) Des informations révélées par les DNA.
Lettres aux à la présidence et conseillers de l’EMS

Lettres aux à la présidence et conseillers de l’EMS

Madame la Présidente et mesdames les Vice-présidentes

Le collectif Vigiclimat composée de 4 associations (Adir, Prom’Ober, Pree et Naturellement Demain) a signé une tribune expliquant les raisons objectives d’un abandon nécessaire de la géothermie profonde sur le Bassin Rhénan.

Vous lirez, ci-dessous, les conclusions de cette tribune en espérant qu’elle pourra éclairer les débats à venir. Il nous paraît nécessaire d’insister sur un point : nul ne pourra dire qu’il ne savait pas.

« Les forages de Vendenheim ont démontré que les techniques actuelles ne permettent en aucun cas d’atteindre leurs objectifs dans le contexte d’un fossé d’effondrement (vallée du Rhin supérieur).

Vigiclimat affirme que la géothermie profonde dans le Bassin Rhénan n’est pas viable. Comparer l’Alsace à l’Islande ou au Bassin Parisien c’est pour le moins méconnaître la géologie et la géographie de notre région.

Tous ces éléments confirment notre conviction : le rapport bénéfices/risques de la géothermie profonde est très défavorable. Nous ne sommes pas capables d’exploiter sereinement le sous-sol profond du Bassin Rhénan. Manifestement ni les industriels, ni les pouvoirs publics, ni les spécialistes et les universitaires ne disposent d’une véritable connaissance du sous-sol profond et donc des techniques adaptées à un déroulement sécurisé d’un projet de géothermie profonde.

Il est donc plus prudent et nécessaire de renoncer à la géothermie profonde qui, à cette heure, n’apporte rien à la collectivité si ce n’est des nuisances pour ses habitants. Notre région n’est pas un « terrain de jeu » pour scientifiques et industriels. »

Respectueusement

Pour Vigiclimat

Jean-Daniel Braun, Thierry Mosser et Francis Spaeter